L'institut de Wushu de Chen Jiagou créé par Maître Wang Xian

(reportage de Lac Le-My)

Situé à 7 km à l'est du district Wenxian, Chen Jiagou est un petit village agricole d'environ trois mille habitants. Il ne diffère point d'autres bourgades tranquilles au nord de la Chine où, au grès des saisons et des caprices du ciel, les paysans travaillent la terre. Ils suivent tant bien que mal le grand bond de ce pays emballé à son tour dans la mondialisation, vers la modernité.

Mais les visiteurs venant de toutes parts savent que le Taiji quan style Chen est originaire de ce bout de terre. Un proverbe disait : " si tu as goûté l'eau de Chen Jiagou, tu saurais aussi balancer ta jambe ! ". Très tôt le matin ou très tard le soir, on peut voir des ombres évoluant dans un ballet enchanteur, chacun suit son rythme et sa fantaisie, investit tout son être mais sans se prendre au sérieux. A l'arrière cour des maisonnettes, après le souper familial assez frugal, des entraînements se succèdent, petits et grands, tout le monde s'y met, pour se détendre mais surtout par tradition.

Entrée principale de l'institut Wushu de Chen Jiagou ( Portail de style ancien ). Août 2000.

En 1970, un Institut de Sport non professionnel de Chen Jiagou s'est constitué, sous la houlette de Chen Zhaopi (1893- 1972). L'enseignement devient plus systématique, plus ouvert aux villageois. L'apprentissage porte sur la forme Laojia, forme traditionnelle. Elle comprend deux séries : la première plus longue, pour travailler l'énergie interne, la souplesse, préparer la base martiale, la deuxième plus courte, plus explosive, appelée aussi Poing de canon. Il porte ensuite sur le maniement des armes, sur le poussée des mains, le tuishou. De 1973 jusqu'à 1978, Chen Zhaokui, fils de Chen Fake ( Maître de la 17ème génération, à fait connaître son art à Pékin en développant le Xinjia, forme " nouvelle "), De même, en 1979, Feng Zhiqiang ( né en 1928 ), disciple de de Chen Fake, est venu de Pekin au village pour prêter main forte à la promotion du Taiji quan. Parallèlement, Chen Liqing ( né en 1920, originaire du village), est retourné en 1975 au district Hongdong (village originaire du clan Chen) pour réapprendre la forme 108 perdue et non transmise au village. Ainsi, avec le concours et les efforts des maîtres du taiji quan, toute une nouvelle génération a pris l'héritage en main et a redonné un coup de pouce à cette pratique séculaire.

Depuis, plusieurs Instituts de sports ont été successivement construits, dans le village de Chenjiagou et dans le district de Wenxian. Mais comme tout établissement d'Etat, le manque de gestion cohérente accentue le délabrement des lieux, l'absence de programme de formation sur les connaissances générales limite l'horizon des jeunes villageois, d'insolubles problèmes administratifs pénalisent leur bon fonctionnement. Et pourtant, la demande est grande, le besoin de promotion est pressant.

Etre capable de donner aux jeunes une culture à la fois générale et spécifique en taiji quan devient tâche urgente. Maître Wang xian, aidé par ses enfants, a pris en main la construction de l'institut wushu de Chen Jiagou.

C'est un établissement privé, moderne, situé au village même. Les travaux ont commencé en juin 1999, avec l'appui des autorité locales ( le Conseil Général de la ville Jiazuo, la municipalité de Wenxian) et l'aide massive des comités locaux des villages Zhaobao et Chen Jiagou. L'Institut occupe une superficie de deux hectares, ceinturé par quelques 600 mètres de murets, flanqué d'un portail de style ancien. Composé de deux tranches de travaux, la première vient de se terminer en août 2000. Elle comprend un bâtiment de 60 salles de classes, un complexe d'entraînement de 270 m2 de dimension, un ensemble de 32 locaux constituant un réfectoire, les sanitaires, une bibliothèque. Les travaux de la deuxième tranche vont démarrer bientôt avec en projet la construction d'un bâtiment d'accueil pour les élèves étrangers, des salles de conférence et un parc de détente.

Dès cet automne, l'Institut accueille les élèves venant de toutes les provinces de chine. Ils vont recevoir un programme d'enseignement de type d'Etude Sportive. Ce qui leur permet d'acquerir non seulement toutes les techniques martiales en taiji quan mais aussi un bagage de connaissances générales. L'apprentissage des langues étrangères est compris aussi dans le cursus scolaire. En ce qui concerne la direction technique du Taiji quan, c'est Maître Wang Xian lui-même , aidé par ses deux fils Wang Zhanhai (plusieurs fois champion national en poussée des mains), Wang Zhanjun (directeur de l'Ecole des Arts Martiaux de Wenxian) qui assure l'enseignement et la transmission de cet art traditionnel. Avec le boisement, il va offrir un lieu de détente privilégié pour les villageois , un centre de formation moderne pour le jeunes et les moins jeunes. Dans le futur, il deviendrait , pourquoi pas, un point de visites touristiques.

 

Adresse de l'Institut :
Institut Wushu de Chen Jiagou
Chen Jiagou village Wen Xian county Code postale 454865
Henan Province CHINE

Tel : (391) 641 55 55


 Interview du Maître Wang Xian

A l'occasion du stage de Taiji quan dirigé par maître Wang Xian vers le mois d'août 2000 à Chen Jiagou en Chine, nous avons profité de ce séjour pour visiter le village. Nous avons eu la primeur de faire un saut à l'institut Wushu de Chen Jiagou en pleins travaux de finition du boisement. Nous remercions Maître Wang Xian d'avoir pris le temps de nous guider pour la visite de son Centre et d'avoir répondu en détail à nos questions.

 L.L.M : Maître Wang, pourriez vous nous expliquer dans quelles circonstances le projet de construction a pris forme ?

Maître wang : L'institut à Chen Jiagou est né par nécessité, il remplace l'école martiale du taiji quan à Wen xian ( le district ), créé il y a trois ans par moi-même et dirigé par mon fils Wang Zhanjun. Cette dernière devient trop petite. Elle ne répond plus aux demandes très nombreuses des familles et des jeunes voulant suivre une formation. D'autre part, il existe bien le Centre d'Entraînement de Taiji quan à Wenxian géré par l'état, mais le problème est là : dans un système où " tout le monde puise dans la grande marmite, mais personne ne lève le petit doigt " comment pouvez vous assurer un bon fonctionnement ? Depuis des années de graves problèmes gestionnaires handicapent le développement sain. Surtout, le programme pédagogique, axé uniquement sur l'apprentissage en taiji quan, limite l'épanouissement des élèves. D'où, par soucis de reprendre le flambeau de mon maître Chen Zhaopi, j'ai décidé par mes propres moyens de rassembler les fonds nécessaires pour construire un établissement moderne de wushu au village de Chen Jiagou.

L.L.M : Quel va être le programme d'étude pour les élèves ?

Maître Wang : En ce qui concerne la pédagogie, notre institut va suivre deux grandes lignes : La première en suivant les catégories d'âge : jeunes, adultes, 3ème âge. Pour les jeunes, ils vont suivre une scolarité " normale " d'enseignement des matières générales, du primaire jusqu'au secondaire, avec en plus des cours d'entraînement sur le taiji quan. Pour les adultes, les cours sont axés sur le côté martial et le renforcement de la santé. Ils vont être formés pour devenir de futurs instructeurs. Ils recevront un diplôme délivré par notre institut certifiant le niveau acquis. Pour les seniors retraités, l'enseignement sera axé sur la recherche du bien-être et du coté prophylactique. Des cours ou des stages seront adaptés à leur condition physique. La deuxième, en suivant les niveaux : les classes supérieures seront axés sur la formation martiale. Les élèves seront préparés pour participer aux différentes compétitions ou rencontres. Les classes moyennes ont la mission d'approfondir les bases martiales. Ils auront la charge des démonstrations, d'accueil. Les élèves des classes élémentaires suivront des cours de cycle normal, avec en parallèle les entraînements martiaux.

L.L.M : pourriez- vous nous parler des difficultés ou problèmes au cours de l'élaboration de l'institut ? Quelles sont vos impressions et perspectives ?

Maître Wang : On peut dire par exemple que le nivellement du terrain à été une des difficultés rencontrées. Imaginez que vous devez enlever une couche de terre de trois mètres de profondeur sur une superficie d'un ha, avec un seul engin prêté par la commune ! le manque de moyen mécanisé constitue souvent un handicap pour l'avancement des travaux. Cette année, la météo n'a pas été clémente non plus : avec de fortes pluies tout l'été, plusieurs tranches de travaux de câblage, de finition ont été retardées. Mais, je suis ravi de constater que l'institut a pu ouvrir ses portes et commence à accueillir des élèves dès cet automne. Le village de Chen Jiagou est connu mondialement : Le Taiji quan style Chen y a pris source. Les autres styles, Yang Wü, Wu, Sun se sont développés et généralisés hors du village. C'est pourquoi, comment hériter et transmettre cette tradition devient une tâche essentielle. Nous nous efforçons de construire un établissement moderne pour répondre à cette demande. C'est un vrai challenge de relever le défi : offrir aux jeunes un enseignement complet, former des instructeurs compétents, accueillir les élèves d'autres continents. Nous sommes persuadés que dans un futur proche, grâce aux efforts de chacun, cet art va rencontrer un écho favorable. Il va être promu à chaque recoin du monde. Nous qu'encore plus de personnes puissent profiter de son bienfait pour la santé, de ses applications martiales pour la self-défense.

 Interview réalisé par Lac Le-My ( Centre de Promotion du Taiji quan style Chen tel : 04 91 87 42 96 )